• ad blockers-oublicité-contenu

    Ad blockers : Un mal qui vous veut du bien ?

    Avec 200 millions de téléchargements en 2015, les ad blockers (bloqueurs de publicité) affolent les statistiques, et l’étude de  Connected Life 2017, vient encore une fois, le confirmer. Près d’un internaute sur cinq (18%) dans le monde déclare avoir installé un adblocker.. Un signal fort de la part des consommateurs aux marques.

    Les limites de la publicité en ligne

    Pressés par la concurrence, les responsables marketing font de plus en plus appel à des techniques hyper sophistiquées pour atteindre leur cible, ou qu’elle se trouve en ligne, et ce, sans se soucier du retour de manivelle qui peut faire mal, très mal car de plus en plus d’internautes sont agacés par tous ces messages qu’ils reçoivent sans leur consentement. Ces messages répétitifs qu’ils voient à chaque fois qu’ils ouvrent une page web, sont perçus comme une violation de leur vie privée. Les marques qui jouent à ce jeu-là devraient s’en méfier.

    La question n’est pas de juger de l’efficacité de ces techniques de publicité en ligne à atteindre leur cible. Je dirai même qu’elles sont très efficaces, la preuve c’est 200 millions d’internautes qui ont fait le choix de ne plus les voir. La question est de savoir si ces bannières, lâchées un peu partout sur la toile, sont la solution adéquate pour gagner la confiance de leur client.

    Une croissance alarmante pour les marques

    Encore une fois, la croissance impressionnante des adblockrs, 41% pour l’année 2015 vient remettre en cause cette pratique, et renseigne sur le préjudice porté aux marques, en terme d’expérience utilisateur. Si de plus en plus d’utilisateurs utilisent ces bloqueurs de publicité, c’est qu’il y a une bonne raison : une intrusion de moins en moins acceptée par les internautes, qui souhaitent ne plus être dérangés à chaque fois qu’ils se connectent à internet. Les consommateurs aujourd’hui ont atteint un niveau de maturité et de connaissance qui les placent en position de force, pour décider quoi voire et quand ?

    Faut-il bannir cette pratique ?

    Je ne le pense pas, il y a surement des marques qui s’en servent intelligemment, voire avec parcimonie. L’idéal serait de revoir la copie de sa stratégie marketing et revenir à la base, c’est-à-dire le consommateur. Une lapalissade me diriez-vous ! Pourtant c’est encore une erreur récurrente chez pas mal de responsables marketing, poussés par les agences qui offrent ce genre de services et aussi la recherche de résultats à court terme.

    Le consommateur aujourd’hui,  possède un pouvoir qu’il n’avait pas il y a seulement quelques années. L’exemple des ad blockeurs en est la parfaite illustration. Au lieu de foncer tète baisser et vouloir atteindre son client à tout prix, quitte à l’agacer et prendre le risque de le perdre à jamais, pourquoi ne pas faire l’effort, sérieusement, de connaitre son client et ses nouvelles habitudes de magasinage, notamment sur internet ?

    Votre client veut être informé, il veut que vous l’éduquiez sur l’utilisation de vos produits ou services. Répondez à ses préoccupations et vous gagnerez sa confiance.  Cela passe par une réorientation de votre stratégie marketing. Etes-vous prêts à investir dans une stratégie de marketing de contenu, plus qu’en marketing tout court ?